Avec Easyrad, il devient facile de contester vos PV

Avec Easyrad, site internet crée par un avocat spécialisé dans la défense des automobilistes, n’importe quel conducteur peur contester ses PV pour un investissement peu couteux.

Maître Sébastien Dufour, avocat au barreau de Paris part du constat que la majorité des automobilistes n’ont pas conscience qu’ils peuvent facilement et légalement contester leur PV. Nous avons souvent tendance à penser que la procédure de contestation est lourde, longue et plus contraignant en temps et en énergie que de tout simplement abdiquer en payant l’amende.
Pourtant, cette mesure est légale et plus aisée à mettre en oeuvre que l’inconscient collectif ne croit car dès lors qu’il n’y a pas eu d’interpellation, la contestation du PV est rendue possible par la loi. D’après l’avocat, il n’y a qu’un 1 % des PV pour excès de vitesse et 4 % pour les feux rouges grillés qui sont contestés à l’heure d’aujourd’hui en France.
Maître Dufour a donc surfer sur la vague du web avec son site Easyrad en proposant un service en ligne rapidement accessible et rapide à prendre en main.

Comment effectuer sa demande de contestation ?

La procédure en ligne est simple :
Rendez-vous sur le site et cliquez sur le bouton centrale, entrez la référence de votre infraction puis les coordonnées du propriétaire du véhicule flashé.
Easyrad s’occupe du reste ! C’est à dire que cet avocat en ligne se charge d’envoyer une lettre certifiée aux institutions et autorités compétentes. L’automobiliste reçoit par la suite numéro de suivi de dossier et reste informé de la décision finale rendue par la justice.

capture-decran-2016-11-10-a-16-58-29

Combien coûte la contestation en ligne ?

Le coût du service est de 54 euros. Une somme dérisoire selon l’avocat Maître Dufour car ce montant est égale à la somme minimale de l’amende et coûte bien moins cher
que de faire appel à un avocat. La contestation est valable sur le site internet pour les PV identifiés par radars automatiques uniquement : excès de vitesse, feu rouge grillé et PV majorés.

Si certaines institutions gouvernementales ou liées à la sécurité routière peuvent être amenées à penser que ce type de service en ligne favorisera indubitablement des abus et une propension grandissante à commettre des infractions, on ne peut que féliciter cet avocat pour son idée et sa prise d’initiative pour rendre accessible au public une problématique contraignante qui concernent tous les automobilistes Français. Un solution qui allègera sûrement dans un avenir proche votre peur de l’infraction et sauvera vos points permis ainsi que votre porte-monnaie.

La voiture de demain saura détecter vos émotions

détection-émotions-voiture

Si demain votre véhicule avait le pouvoir de lire sur votre visage, comment réagiriez-vous ? La start-up Eyeris propose déjà une technologie de reconnaissance des micro-expressions. 

Au volant, malgré la progression fulgurante des dernières technologies d’automatisation automobile, nous n’en demeurons pas moins de simples êtres humains emplis d’émotions. Lorsque nous freinons brusquement, la peur peut se lire sur le visage de nos passagers. Quand le seuil maximum de colère est franchi par le conducteur, celui-ci peut pratiquer une conduite très énergique et agressive.  La start-up Eyeris vient en réponse à ces émotions incontrôlées en proposant plusieurs caméras embarquées à bord de votre voiture.
emovu-system
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La technologie EMOVU

Le système Emovu permet d’analyser en quelques fractions de secondes des images et comparer les micro-expressions d’un visage avec celles de millions de vidéos et photos d’individus présentant le même type d’émotions. Selon Modar (JR) Alaoui, créateur et directeur d’Eyeris, ce dispositif révolutionnaire permettra de sécuriser davantage la conduite.

Du côté des Francophones, des scientifiques de l’EPFL (école polytechnique fédérale de Lausanne) en collaboration avec PSA Peugeot Citroën cherchent également à identifier les émotions sur le visage des conducteur grâce à la caméra embarquée.

 

vehicule-reconnaissance-emotion

Quelle est l’intérêt d’une telle technologie ?

Sécurité interne

En partant du postulat que dans un futur proche, cette technologie de reconnaissance d’émotions sera intégrée comme standard dans l’électronique du véhicule, on peut alors laisser libre cours à son imagination pour une sécurisation totale de la conduite. Par exemple, le dispositif détecte des traits de colère sur le visage du conducteur et réduit la vitesse en conséquence en pilotage automatique. On peut aussi imaginer prévoir en cas de détection de colère une augmentation de la tension du serrage de la ceinture des passagers. Autre exemple, un individu au volant est affecté par le décès récent d’un proche, le système de détection d’ émotions parvient à identifier des expressions de tristesse et récupère la main sur la conduite du véhicule pour prévenir d’un éventuel accident suite à un comportement songeur et distrait de l’automobiliste qui pourrait amener à un éventuel accident.

Prévenir des dangers extérieurs

Au même titre que le freinage automatique qui va tendre à se démocratiser dans les années qui viennent, cette nouvelle technologie, au delà de la simple reconnaissance d’émotions, pourra servir à déceler à l’avance la présence d’obstacles (travaux, objets dangereux, animaux, etc…), carrefours à risques ou encore les virages dangereux. En effet, si la récolte des données et statistiques montrent qu’un grand nombre d’automobilistes ressentent de la peur et du stress sur certains passages ou certaines routes, alors les services publics et urbanistes pourront réaménager l’espace en conséquence afin de sécuriser davantage la circulation.