Le radar poubelle : beaucoup d’imagination au gouvernement !

Radar poubelle

Arrivé en Belgique, le radar poubelle est une révolution. Capable de capter six voies de circulation, ce radar s’intègre parfaitement dans le décor, au cœur d’une véritable poubelle. De drôles d’idées, mais ingénieuses tout de même!

La peur du radar automatique

Comme de nombreux automobilistes, et cela peu importe la cylindrée de leur véhicule, la peur du radar automatique est une réalité. En effet, nous sommes tous constamment sur le qui-vive à guetter la présence d’un radar automatique ou non, les yeux rivés sur notre compteur.
Effectivement, il est parfois dommage de se faire flasher pour 5 km/h de différence. Ainsi, vous faites sûrement partie de toutes ces personnes qui ralentissent lorsqu’elles rencontrent une voiture suspecte garée sur le bas côté. Attention mesdames et messieurs, votre peur ne va pas cesser d’augmenter. Le radar automatique va maintenant prendre place au cœur du simple poubelle banale.

Le radar poubelle NK7

Ce nouveau radar automatique est déjà présent en Belgique, caché dans un habillage de fausse poubelle et totalement indétectable si vous ne le savez pas à l’avance. Ainsi, il se révèle très efficace contre tous les automobilistes qui ont du mal à limiter leur vitesse. Ce nouveau radar se nomme NK7 et peut guetter six voitures à la fois. Il est ainsi très efficace. Contrôlable par WiFi et grâce à la 4G, il est également capable de fonctionner dans les tunnels.

Concernant la France, le NK7 ne devrait pas faire son apparition dans l’immédiat. En effet, l’homologation serait en cours, et l’État ne semble pas encore conquis par ce radar insolite. Tant mieux ! Il faut savoir également que toute entreprise a le droit de présenter au Laboratoire national de métrologie et d’essai des prototypes de nouveaux radars. Cependant, cela ne signifie pas que le gouvernement français va automatiquement l’adopter. De plus, l’État a bien conscience que les Français ont un véritable ras-le-bol des radars automatiques, et l’installation du radar poubelle NK7 ne ferait qu’attiser cette colère.

Sachez tout de même que si vous circulez en Belgique et que vous êtes flashé par ce radar poubelle NK7, vous risquez de recevoir votre amende directement chez vous. De plus, si vous êtes flashé à une vitesse supérieure à 40 km/h que celle autorisée, vous pourriez être interdit de conduire en Belgique pour une période de huit jours à cinq ans, en fonction de votre infraction.

Les voitures du Futur

L’homme a toujours essayé de se projeter afin d’imaginer à quoi pourra bien ressembler la vie dans le futur, on peut citer ici le livre d’Orwell 1984 ou plus simplement la saga Retour vers le Futur. Il semblerait pourtant que ces tentatives de prévisualisations du futur soient en passe de devenir notre quotidien. En effet, le monde connait de plus en plus d’innovations « majeures » qui commencent à faire de l’ombre à la fameuse Delorean. Dans cet article nous allons dresser un portrait de ce que tendent à être les voitures du Futur… proche.

 

Voitures électriques

La révolution de la voiture électrique

 

La voiture électrique n’est pas une voiture du futur, il est vrai qu’on en trouve déjà beaucoup sur les routes. Cependant la révolution de la voiture électrique n’en est qu’à ses prémisses et ils nous restent encore de grandes avancées technologiques à découvrir dans le futur. Vous connaissez déjà la Renault Zoé, qui domine les ventes de véhicules électriques en Europe, et qui va actuellement voir son autonomie portée à 400 kilomètres.
Vous avez surement entendu parler, tout récemment de la Tesla Model 3 qui beaucoup fait du bruit et de son constructeur, le spécialiste de la voiture électrique, Tesla Motors. Cependant le plus grand nombre de voitures à nouvelles énergies vendues, baptisées « NEV », revient au chinois BYD qui a écoulé plus de 60.000 voitures contre 50.000 pour Tesla. On peut donc légitimement se poser des questions sur le futur des voitures à essences et sur la cohabitation électrique/thermique.

 

Voiture futur Tesla model 3

Tesla Model 3

Remplacement de la voiture thermique ?

 

Alors que le ministre français Nicolas Hulot a annoncé s’engager à mettre « fin à la vente » des voitures diesel et essence dans un futur proche (d’ici 2040), c’est maintenant les constructeurs qui visent cet objectif. A plus court terme cependant, comme l’annonce Volvo qui ne construirait plus de nouvelles voitures à moteur thermique à partir de 2019. La difficulté de répondre aux contraintes environnementales de plus en plus durs imposées par tous les pays, que cela soit en Europe aux États-Unis mais également en Chine et dans le monde entier, rend « le développement de la voiture électrique inéluctable ». En effet nous ne pouvons que constater la présence de la voiture électrique dans tous les projets futurs du monde automobile et ce malgré leur autonomie limitée, leur tarif élevé en neuf et l’obligation de louer les batteries, pour ne citer que ces freins. Nous pouvons cependant nous demander si ces voitures sont vraiment « vertes » comme le cri haut et fort les acteurs de leurs développements. Car si la consommation des véhicules sur route est plus respectueuse de l’environnement, qu’en est-il de leurs conceptions (collecte des matériaux, usinage, etc.) ?

 

Voiture futur hulot

Discours Nicolas Hulot

Voitures Autonomes / Connectées / Intelligentes

Futur proche ou lointain ?

 

A l’heure du tout connecté, le futur de l’automobile est assurément autonome, intelligent… Connecté. Il n’est plus temps de se demander si cela arrivera, mais quand cela se démocratisera. Puisque l’avènement de la voiture autonome semble aujourd’hui inéluctable. Si le grand public y voit encore quelques choses de lointain, ce n’est pas le cas des acteurs du milieux, tous très engagés dans le développement de ces bijoux technologiques. On peut citer ici, le presque secret, projet Titan d’Apple et à l’inverse la très médiatisée Google Car. Le développement de la voiture autonome attise donc l’intérêt des géants du web et de l’automobile (Baidu, PSA, Ford, …). On peut donc s’attendre à de grandes avancées au cours des prochaines années pour ne pas dire des prochains mois.

 

Voiture futur google car

Google Car

Repenser l’organisation intérieure de la voiture du futur ?

 

Avec le développement des voitures autonomes une question se pose : Comment repenser l’habitacle de ces voitures intelligentes ? Effectivement si les voitures du futur se conduisent toutes seules, il n’y alors plus besoin de volant, de pédale de frein ou encore le pare-brise. Une interface de contrôle est à prévoir mais elle pourrait être très minimaliste, similaire a une tablette par exemple. Le reste de l’espace pourrait être aménagé en salon ou même personnalisé en fonction de l’envie du « conducteur ». On pourrait également avoir des voitures plus courtes en ville car épurées et de voitures plus spacieuses style salon pour les trajets plus longs.

 

Voiture futur sans volant

Voiture sans volant

Les innovations CES 2017

 

La réputation du Consumer Electronique Show n’est plus à faire et avec les années le CES s’est imposé comme le plus important salon consacrée à la technologie et à l’innovation en matière d’électronique grand public. Cette année l’innovation automobile été à l’honneur, avec des thèmes comme la propulsion électrique, l’autonomie des véhicules ou encore la connexion à bord. Un bon moyen de percevoir les tendances des voitures du futur.
Le français Renault a présenté et surpris avec son concept-car open-source baptisé POM. Conçu en partenariat avec la start-up italienne OSV (Open Source Vehicle) et ARM : « POM est un kit de développement automobile destiné aux étudiants, start-up, chercheurs, qui vont pouvoir créer des services et de nouveaux usages », indique Frédéric Auzas, chef de projet POM.

 

Voiture futur renault pom

Renault POM

 

Toyota a également attiré l’attention avec Toyota Concept-I, qui ressemble vraiment à une voiture du futur, digne d’un film de science fiction, mais pourtant bien réelle. La marque a développé une intelligence artificielle capable de créer une relation avec son conducteur basé sur l’empathie. En effet, elle pourrait comprendre les émotions du conducteur, apprendre ses habitudes et se montrer amicale avec lui. Malheuresement, ce concept car reste une voiture du futur malgrè tout et ne sera pas disponible avant de nombreuses années.

 

Voiture futur toyota concept i

Toyota Concept I

La voiture autonome

Au cœur d’une révolution qui va marquer nos sociétés en profondeur, la voiture autonome semble vouloir s’offrir une place prédominante dans le futur de l’automobile. Question de praticité ou encore de sécurité, à l’heure du tout connecté, la voiture intelligente annonce une nouvelle ère pour l’automobile.

 

La voiture autonome qu’est-ce que c’est ?

La voiture intelligente et connectée, comment ça fonctionne ?

Une voiture intelligente est un véhicule capable de rouler sans intervention humaine. Il faut savoir qu’il existe aujourd’hui des voitures entièrement autonomes et des véhicules semi-autonomes, classés par niveaux d’autonomie.

 

Les six niveaux d’autonomie d’une voiture :

  • Niveau 0 : pas d’automatisation.
  • Niveau 1 : assistance à la conduite avec la régulation de vitesse ou l’aide au changement de voie.
  • Niveau 2 : plusieurs fonctions sont déléguées mais les autres tâches de conduite sont effectuées par le conducteur.
  • Niveau 3 : l’ensemble des fonctions de conduite est délégué, sous réserve que le conducteur puisse reprendre la main « de façon adéquate ».
  • Niveau 4 : le conducteur peut faire autre chose sur l’ensemble du trajet sans avoir à être disponible.
  • Niveau 5 : Automatisation totale.

 

Nous nous intéressons ici à l’automatisation totale, c’est-à-dire une voiture autonome entièrement pilotée par intelligence artificielle, caractérisée par la non-intervention d’un conducteur. Inutile de préciser la complexité du système permettant d’arriver à un tel résultat mais attardons-nous un peu sur son fonctionnement, un peu technique mais intéressant 😊

 

Le principal élément de la voiture autonome, sans parler du moteur, est le télémètre laser plus communément appelé LiDAR. Cette technologie permet à la voiture de modéliser l’environnement qui l’entoure en 3D. Le système possède un radar qui capte et émet des ondes radios dans le but d’évaluer les distances. Une caméra très performante permet de prendre de nombreuses photos à la seconde, ce qui permet de visualiser le relief et ce qui entoure la voiture.
Enfin, le système se complète d’un appareil qui mesure la vitesse et la distance parcourue par le bolide, appelé odomètre. L’ordinateur de bord recueille toutes les données et un programme d’intelligence artificielle qui décide des manœuvres à effectuer : direction, freinage, clignotants, ….

 

Un apprentissage est cependant nécessaire à la voiture pour qu’elle se constitue une base de données et puisse réagir au mieux dans toutes situations, c’est ce qu’on appelle le machine-learning. Eh oui le temps où la machine apprend seule est arrivée.

Un tel niveau de technologie peut faire des sceptiques quant à la fiabilité de la conduite 100% automatisée mais peut permettre de sauver des vies si bien maîtrisé.

 

Sauver des vies grâce à la voiture intelligente

 

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), chaque année, 1,2 million de personnes perdent la vie et 50 millions se retrouvent blessées, suite à un accident de la route. D’autre part, il est estimé que 95% de ces accidents sont provoqués par une erreur humaine. Voilà le fer de lance de la voiture autonome et de son intelligence artificielle. Grâce à sa technologie, le véhicule intelligent prend en compte une multitude de données et adapte ses décisions en fonction de son environnement (météo, revêtement de la chaussée, …) mais également à d’autres facteurs prévus (code de la route) et imprévus (obstacles, …). Ainsi la voiture intelligente et connectée pourrait être une solution pour réduire le nombre d’accidents de la route et sauver des vies.

 

La voiture autonome pour quand ?

Les freins à la démocratisation de la voiture intelligente ?

 

Si le cabinet McKinsey prévoit que les voitures autonomes représenteront 15 % des ventes en 2030, la route n’est pas encore dégagée pour leurs popularisations. Plusieurs freins restent présents, notamment au niveau technique. En effet, il existe déjà des voitures autonomes capables d’effectuer un trajet dans certaine condition comme un robot utilisant les mêmes outils pour réaliser la même tâche. La difficulté vient avec la prise en compte d’éléments nouveaux, essentiel pour rouler dans un environnement tel qu’une autoroute. « La voiture autonome dans certaines conditions existe déjà. Celle capable d’aller partout et en toutes circonstances mettra très longtemps à arriver », résume Arnaud de la Fortelle, directeur du centre de robotique de Mines ParisTech.

BearingPoint a mesuré les bénéfices attendus de ces véhicules par les utilisateurs et les challenges associés :

 

Voiture autonome enquete

Enquête BearingPoint 2015

Le high-tech de la voiture intelligente VS la morale ?

 

Récemment une étude menée par trois chercheurs a analysé les choix des participants dans un cas extrême : une voiture autonome en marche, surprise par des piétons, n’a pas d’autre choix que de les écraser ou de foncer dans un mur provoquant la mort des occupants.

 

Voiture autonome morale

 

Quel serait votre choix ?

 

Le résultat de l’étude : La majorité des participants jugent plus moral de sacrifier le ou les passagers du véhicule.

 

Nous pouvons donc mettre en avant deux types d’analyses :

  • A l’échelle collective, le choix de la voiture autonome semble irrécusable puisqu’il permettra à terme de réduire significativement le nombre de mort sur les routes. Mais les nouveaux usages de la voiture autonome auront-ils un impact sur nos comportements ?
  • A l’échelle indviduelle, aurais-je la possibilité d’effectuer un choix conscient ? Puisque les marques automobiles développeront chacune leurs modéles d’ évitement, quel sera notre niveau d’information sur les choix techniques (et moraux) faits par les différents constructeurs ?

 

Pour terminer, aborder l’enjeu de cyber sécurité semble nécessaire. En effet avec l’essor des objets connectés, la question d’un éventuel piratage se pose. Cela pourrait avoir un impact considérable si les voitures autonomes et les objets pouvaient être « détournés ». Les pouvoirs publics travaillent donc sur la question avec les acteurs de la sécurité informatique.

Quelle voiture consomme le moins ?

Quelle voiture consomme le moins

Voilà une question que l’on se pose surtout lorsqu’on envisage de changer de voiture alors que le prix des divers carburants poursuit toujours une hausse très sensible et ce depuis quelques années.

Bien que les constructeurs fassent des efforts pour réduire la consommation sur leurs modèles berlines, le consommateur se tourne de plus en plus vers ces petites citadines qui offrent une souplesse de conduite et dont les différentes motorisations assistées par des systèmes électroniques très poussés consomment de moins en moins.

Le choix du carburant.

Une fois que vous avez choisi votre modèle, vous ferez le choix du carburant. Les voitures sportives privilégieront une motorisation essence, tandis que les berlines routières bénéficieront d’une motorisation diesel.
Avec une actualité qui nous indique régulièrement les problèmes liés à la pollution des moteurs diesels, nos habitudes changent aussi.
Certains d’entre nous se laissent tenter par des voitures hybrides ou entièrement électriques. D’autres favorisent le moteur essence qui avec les récents progrès technologiques offrent un confort de conduite et une souplesse très appréciées malgré une consommation de plus en plus faible.

Les citadines sous la loupe.

Avec une motorisation de plus en plus puissante et une pollution de plus en plus réduite, ces voitures rencontrent un franc succès grâce à une consommation très en dessous des 4 litres au 100 kilomètres parcourus. Les différents modèles français Renault, Citroën et Peugeot de cette gamme offre une très bonne performance pour une consommation parmi la plus faible du marché. Pas étonnant que l’on croise de plus en plus ces modèles français sur la plupart des routes européennes.
Ces petites voitures ont évoluées également sur le plan de l’habitacle et offrent un meilleur espace intérieur de rangement très apprécié quand on fait son shopping.

Les berlines et leur nouveau look.

Avec un look de plus en plus aérodynamique et sportif, les berlines ont fait l’objet de la part des constructeurs d’une recherche constante pour rejeter un minimum de gaz polluant l’atmosphère tout en conservant puissance et confort de conduite avec des moteurs plus propres et écologiques.
Pour conserver une consommation raisonnable en conservant une meilleure puissance, les constructeurs ont exigés des équipementiers que les boitiers électroniques gèrent mieux la consommation et prennent mieux en compte l’environnement avec un rejet moins important des gaz carboniques appelés CO2.
Voilà un argument de taille qui va certainement vous influencer lors de l’achat de votre voiture.

Si pour vous il est important de savoir quelle voiture consomme le moins, quel que soit le choix de votre voiture vous pourrez compter sur les progrès des constructeurs en la matière qui équipent les nouveaux modèles de moteurs plus propres, plus souples et plus puissant. Vous trouverez sur internet sur le site des constructeurs toutes les informations sur la consommation en carburant pour chaque modèle.
Il ne vous reste plus qu’à choisir votre marque et votre modèle !!!

Comment bien choisir sa voiture ?

Pour bien choisir sa voiture, il faut tenir compte de plusieurs facteurs qui peuvent influencer votre choix. Ces facteurs sont à considérer à court terme, mais également à long terme si vous décidez de conserver votre voiture pendant de longues années.

Ainsi une voiture sportive sera pratique si vous n’avez pas d’enfants et si vous aimez une conduite sportive. Il faut également tenir compte de votre profession. Si vous avez une profession qui vous demande de longues heures de conduite, votre préférence ira vers une berline confortable bien équipée pour vous permettre d’allier confort en utilisant les accessoires pour votre profession. Choisir sa voiture n’est pas seulement une question d’opter pour un modèle ou un autre c’est avant tout une voiture qui correspond à vos besoins. Le choix se fera en tenant compte du budget que vous vous serez fixé et des divers avantages qu’une marque peut vous offrir par rapport à d’autres. Car ici aussi, il ne faut pas hésiter de faire jouer la concurrence entre marques tout en tenant compte de certains paramètres comme la proximité du garage et sa réputation.

Quel combustible choisir ?

Ces dernières années avec une politique visant à réduire le facteur pollution, les constructeurs ont mis sur le marché des « moteurs plus propres » De nouveaux moteurs avec une gestion électronique plus pointue et des systèmes d’évacuation des gaz d’échappement de plus en plus perfectionnés ont permis d’avoir un taux de co2 très bas. Ce qui en fait de bons élèves en matière de pollution.
Certains gouvernements ont également pris des mesures pour tenter faire changer les habitudes d’achat d’une voiture en optant pour un moteur essence plus propre plutôt qu’un moteur diesel plus polluant.
Si autrefois le choix d’un moteur diesel était pris en compte au vu des kilomètres à parcourir , pour sa robustesse et le coût du litre de gasoil plus bas la tendance pourrait s’inverser grâce à des moteurs essences plus économiques et plus performants.

 

La voiture électrique une réelle alternative ?

Les constructeurs n’ont pas encore réussi à trouver des arguments financiers capables de faire exploser les ventes de ce type de véhicule. Notons aussi le manque de bornes d’approvisionnement pour la recharge des batteries et une inquiétude quand au recyclage des batteries usagées pour nous convaincre à opter pour ce type de véhicule.
Pourtant, les différents gouvernements soucieux de l’état de notre planète pourraient accorder des aides à l’achat d’un véhicule électrique, mais l’essence et le diesel sont aussi les principales sources de rentrées financières pour ces différents gouvernements.
Et vous, quel serait la voiture que vous achèteriez aujourd’hui ?