Toshiba booste ses batteries

L’autonomie et le temps de recharge ont toujours été un frein dans le milieu de la voiture électrique… Et si on nous donnait la possibilité d’aller plus loin et que le temps de chargement ne durerait à peine plus longtemps qu’un passage à la station essence ?

Toshiba voiture electrique

Il y a encore quelques temps des marques comme Tesla révolutionnaient le monde de l’automobile par ses grandes prouesses, surtout en termes de puissance, de design et d’autonomie pour les voitures électriques. Ce temps est révolu car Toshiba a décidé de booster ses batteries et dévoile au grand public, sa nouvelle batterie électrique qui se recharge en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Révolution pour la voiture électrique

Toshiba frappe un grand coup avec la batterie « lithium-ion Super Charge ion battery », qui va devenir une révolution et promet de grand changement dans le monde de la voiture électrique, Toshiba invente la batterie avec un système de recharge ultra rapide de 6 minutes pour une autonomie de 320 km.

Quel est donc son secret ?

Par une nouvelle technologie et d’un nouveau matériau étant « l’anode en oxyde de niobium titane », Toshiba offre la possibilité d’éviter à la batterie de se dégrader, ainsi qu’une très forte résistance au froid. En effet, ces nouvelles batteries, même après 5000 chargements, sont encore à 90 % de leurs capacités.
Grâce à cette invention, le groupe japonais fait une avancée énorme en matière d’autonomie. Finis les chargements interminables et la peur de tomber en panne à cause d’une batterie non résistante. Ce procédé apporte une durée de vie plus longue à la batterie et il entrainera à long terme un coût plus faible au niveau de l’entretien.

Les ingénieurs de ce projet ont mis en place un système qui permettrait de recharger les batteries des voitures électriques 4 fois plus rapidement. Cependant, ils doivent encore réfléchir à la mise en place de leurs réseaux de chargeurs dans les lieux publics et ça n’est pas une mince affaire … La société va produire un nouveau réseau de chargement, différent des réseaux actuels. Une deuxième usine de production sera mise en place pour anticiper la future demande.
Toshiba semble être prêt et sûr de sa nouvelle technologie, car il a annoncé la commercialisation de sa batterie en 2019. Maintenant nous n’avons plus d’excuse pour ne pas passer à l’électrique !

Smart lance la voiture du futur sans pédale ni volant

Smart voiture sans volant

Cette année, le salon de l’automobile de Francfort sera marqué par la présence de la nouvelle Smart Fortwo, la voiture de demain 100% autonome. Destinée à l’auto-portage, cette voiture électrique n’aura ni volant ni pédale pour séduire plus d’un.

Une voiture connectée pour une interaction facile

Fidèle à sa version actuelle, la nouvelle Smart Fortwo biplace mesure 2,70 mètres. Sa forme est beaucoup plus arrondie afin d’offrir un maximum de place aux passagers. Comme la voiture ne dispose plus de volant ou de pédale pour la conduite, celui qui se met à la place du conducteur entre en interaction avec elle à partir d’une commande vocale ou de sa Smartphone. Ainsi, il est possible de commander son véhicule afin de pouvoir partager ou non la commande.

Le confort est au rendez-vous avec ce modèle de voiture futuriste, tout comme si ses occupants se trouvent dans leur salon. Ce concept s’adapte parfaitement à l’évolution du car-sharing ainsi que la place de la voiture autonome à travers le monde. Doté du dispositif Car2Go conçu par le constructeur allemand Daimler, cette voiture est sur le bord de devenir un véritable robotaxi allant à la rencontre des passagers.

Une voiture 100% écologique et design

Avec son design minimaliste, la Smart Fortwo est le mélange parfait du luxe et de la modernité, le tout couplé avec zéro émission de gaz. Cela se traduit par la réduction de la pollution liée au rejet d gaz CO2 par les véhicules dans le milieu urbain. Comme elle est 100 % électrique, elle n’aura plus besoin de fioul pour rouler à travers les rues des grandes villes, un autre bon point pour faire le bonheur des portefeuilles. Il est à noter que la capacité de sa batterie est de 30kWh, étudié spécifiquement pour les déplacements urbains.

Selon les informations reçues, la marque allemande lancera d’ici 2025 plus de 10 modèles de voitures 100% électriques, ce qui constitue un véritable challenge pour l’enseigne. L’objectif étant de réaliser 10 à 25% de son chiffre d’affaires avec ce modèle de voitures dans les dix prochaines années. Ces voitures seront regroupées parmi la marque EQ, et cela allant de la Smart Fortwo jusqu’aux grandes SUV.

Vous êtes tenté par ce nouveau modèle de voiture électrique de demain ? Quelle sera votre réaction face au lancement d’une voiture ne contenant ni volant ni pédale ? N’hésitez pas à poster votre avis dans les commentaires.

Avec Easyrad, il devient facile de contester vos PV

Avec Easyrad, site internet crée par un avocat spécialisé dans la défense des automobilistes, n’importe quel conducteur peur contester ses PV pour un investissement peu couteux.

Maître Sébastien Dufour, avocat au barreau de Paris part du constat que la majorité des automobilistes n’ont pas conscience qu’ils peuvent facilement et légalement contester leur PV. Nous avons souvent tendance à penser que la procédure de contestation est lourde, longue et plus contraignant en temps et en énergie que de tout simplement abdiquer en payant l’amende.
Pourtant, cette mesure est légale et plus aisée à mettre en oeuvre que l’inconscient collectif ne croit car dès lors qu’il n’y a pas eu d’interpellation, la contestation du PV est rendue possible par la loi. D’après l’avocat, il n’y a qu’un 1 % des PV pour excès de vitesse et 4 % pour les feux rouges grillés qui sont contestés à l’heure d’aujourd’hui en France.
Maître Dufour a donc surfer sur la vague du web avec son site Easyrad en proposant un service en ligne rapidement accessible et rapide à prendre en main.

Comment effectuer sa demande de contestation ?

La procédure en ligne est simple :
Rendez-vous sur le site et cliquez sur le bouton centrale, entrez la référence de votre infraction puis les coordonnées du propriétaire du véhicule flashé.
Easyrad s’occupe du reste ! C’est à dire que cet avocat en ligne se charge d’envoyer une lettre certifiée aux institutions et autorités compétentes. L’automobiliste reçoit par la suite numéro de suivi de dossier et reste informé de la décision finale rendue par la justice.

capture-decran-2016-11-10-a-16-58-29

Combien coûte la contestation en ligne ?

Le coût du service est de 54 euros. Une somme dérisoire selon l’avocat Maître Dufour car ce montant est égale à la somme minimale de l’amende et coûte bien moins cher
que de faire appel à un avocat. La contestation est valable sur le site internet pour les PV identifiés par radars automatiques uniquement : excès de vitesse, feu rouge grillé et PV majorés.

Si certaines institutions gouvernementales ou liées à la sécurité routière peuvent être amenées à penser que ce type de service en ligne favorisera indubitablement des abus et une propension grandissante à commettre des infractions, on ne peut que féliciter cet avocat pour son idée et sa prise d’initiative pour rendre accessible au public une problématique contraignante qui concernent tous les automobilistes Français. Un solution qui allègera sûrement dans un avenir proche votre peur de l’infraction et sauvera vos points permis ainsi que votre porte-monnaie.

Les patrons bientôt forcés de dénoncer leurs employés

patron-denoncer-salarie

Les patrons d’entreprise seront bientôt dans l’obligation de dénoncer les employés ayant commis une ou plusieurs infractions à bord d’un véhicule de fonction.

Jusqu’à aujourd’hui, les employeurs fermaient les yeux sur les amendes de leurs salariés ou ne prenaient pas la peine de songer à identifier les responsables des infractions. Si bien que la plupart des sanctions n’étaient jamais réglées. En effet, les clichés émis par les radars ne permettent pas d’identifier clairement les conducteurs et les patrons d’entreprise ne pointent jamais du doigt leurs salariés en tant que coupable.

Une bonne mesure selon le gouvernement

Selon Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, il ne s’agit en aucun cas de délation ou d’une quelconque forme de « collaboration » de la part des chefs d’entreprise, mais d’une mesure sage et rationnelle en prévention des risques et accidents sur la route. Le projet de loi approuvé en Juillet à l’assemblée nationale sera bientôt voté au Sénat. Selon les autorités, cette réforme serait à la fois profitable pour les entreprises et la sécurité routière des automobilistes.
Une conduite plus prudente et sereine favorisera une baisse des accidents et donc moins d’absences au travail à gérer pour les entreprises. Ceci étant, cette mesure a suscité de vives réactions auprès de la confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) qui voit en ce projet de loi une forme de dictat imposé susceptible de semer le trouble dans les relations entre employés et employeurs. De plus, la loi prévoit à cet effet une amende allant de 90 à 1875 euros pour les patrons d’entreprise qui ne joueraient pas le « jeu ». On pense bien aux répercussion que peuvent avoir la perte de points voir du permis sur par exemple, la force de vente d’une entreprise.

Et vous, que pensez-vous de cette mesure ?

Vous rêviez de passer tous les feux au vert, Audi l’a fait

 

FEU-VERT-AUDI

C’est un système électronique qui fonctionne via connexion 4G des modèles Audi et des centres de contrôle des feux tricolores que la marque allemande a mis au point.

Le système analyse l’environnement et affiche sur le tableau de bord la vitesse minimale à tenir pour passer le prochain feu au vert. Un brillant moyen de fluidifier les flux de circulation en ville aux heures de pointe notamment.

« Traffic light information », le nom du système, sera lancé dans plusieurs villes aux Etats-Unis d’ici la fin de l’année. L’Europe, quant à elle, devra d’abord rendre ses infrastructures disponibles avant de voir le lancement du système.

Sans que cela ait été développé pour le moment, Audi envisage un échange d’informations plus profond entre les capteurs des voitures et les centres de contrôle pour que les feux tricolores soient en mesure d’afficher des signaux en fonction du trafic.