Les patrons bientôt forcés de dénoncer leurs employés

patron-denoncer-salarie

Les patrons d’entreprise seront bientôt dans l’obligation de dénoncer les employés ayant commis une ou plusieurs infractions à bord d’un véhicule de fonction.

Jusqu’à aujourd’hui, les employeurs fermaient les yeux sur les amendes de leurs salariés ou ne prenaient pas la peine de songer à identifier les responsables des infractions. Si bien que la plupart des sanctions n’étaient jamais réglées. En effet, les clichés émis par les radars ne permettent pas d’identifier clairement les conducteurs et les patrons d’entreprise ne pointent jamais du doigt leurs salariés en tant que coupable.

Une bonne mesure selon le gouvernement

Selon Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, il ne s’agit en aucun cas de délation ou d’une quelconque forme de « collaboration » de la part des chefs d’entreprise, mais d’une mesure sage et rationnelle en prévention des risques et accidents sur la route. Le projet de loi approuvé en Juillet à l’assemblée nationale sera bientôt voté au Sénat. Selon les autorités, cette réforme serait à la fois profitable pour les entreprises et la sécurité routière des automobilistes.
Une conduite plus prudente et sereine favorisera une baisse des accidents et donc moins d’absences au travail à gérer pour les entreprises. Ceci étant, cette mesure a suscité de vives réactions auprès de la confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) qui voit en ce projet de loi une forme de dictat imposé susceptible de semer le trouble dans les relations entre employés et employeurs. De plus, la loi prévoit à cet effet une amende allant de 90 à 1875 euros pour les patrons d’entreprise qui ne joueraient pas le « jeu ». On pense bien aux répercussion que peuvent avoir la perte de points voir du permis sur par exemple, la force de vente d’une entreprise.

Et vous, que pensez-vous de cette mesure ?

800 conducteurs accusés de fraude en Alsace

fraude-radar

Durant ce mois d’août particulièrement ensoleillé, plusieurs centaines de véhicules ont été flashés sur la voie rapide entre Strasbourg et Colmar.

C’est 800 automobilistes au total circulant sur une voie rapide d’Alsace assurant la liaison entre Strasbourg et Colmar qui ont été sanctionnés à tort. Cet afflux de contraventions s’est déroulé entre le 16 août à 15h55 et le 17 août à 11h.

Un radar mal programmé

Il s’agissait d’un radar réglé temporairement sur une limite de 70km/h à l’occasion d’un chantier de rénovation des routes qui a eu lieu au mois de Juillet.

Le radar qui était alors fixé à une vitesse réduite n’aurait pas été reprogrammé à la vitesse limite normalement autorisée, c’est à dire 110km/h.

De ce fait, les conducteurs n’ayant pas dépassé les 110km/h ont tous été remboursés jusu’au dernier centimes. Le radar a été reprogrammé à la bonne vitesse le lendemain.

Vous rêviez de passer tous les feux au vert, Audi l’a fait

 

FEU-VERT-AUDI

C’est un système électronique qui fonctionne via connexion 4G des modèles Audi et des centres de contrôle des feux tricolores que la marque allemande a mis au point.

Le système analyse l’environnement et affiche sur le tableau de bord la vitesse minimale à tenir pour passer le prochain feu au vert. Un brillant moyen de fluidifier les flux de circulation en ville aux heures de pointe notamment.

« Traffic light information », le nom du système, sera lancé dans plusieurs villes aux Etats-Unis d’ici la fin de l’année. L’Europe, quant à elle, devra d’abord rendre ses infrastructures disponibles avant de voir le lancement du système.

Sans que cela ait été développé pour le moment, Audi envisage un échange d’informations plus profond entre les capteurs des voitures et les centres de contrôle pour que les feux tricolores soient en mesure d’afficher des signaux en fonction du trafic.

La volonté de Genesis de s’imposer comme une marque de luxe

genesis-luxe-marque

Genesis débute pas à pas son lancement sur le continent Nord-Américain. Les modèles commercialisés ne seront pas distribués aux côtés des voitures Hyundai mais dans un environnement spécifique. Tout laisse penser qu’un réseau de concessionnaires dédiés pourrait voir le jour.

Le chemin reste encore long avant de convaincre de nouveaux automobilistes de quitter les marques auxquelles ils sont fidèles depuis des décennies : BMW, Jaguar, Audi, etc. La bataille devrait se livrer au niveau des nouveautés et des options supplémentaires.

Tout laisse à penser que le chemin sera le même que celui de DS Automobiles, la marque premium de PSA Peugeot Citroën auparavant sous pavillon Citroën. Dès 2014, l’objectif était de développer la légitimité de la marque DS en tant que telle dans un environnement concurrentiel fort tout en préservant ses marques commerciales.

Un Mondial de Paris révolutionnaire selon Opel

mondial paris opel

Le Mondial de l’auto se déroulera à Paris du 1er octobre au 16 octobre 2016 et tout laisse à penser que les voitures électriques seront en première l181igne.

Pour Opel, le célèbre constructeur allemand, ce sera l’occasion de dévoiler le modèle Ampera-e dont le dispositif sera entièrement électrique. Opel annonce déjà que l’Ampera-e aura les mêmes accélérations que les modèles OPC.

Une jolie bataille sur la durée des batteries semble s’initier entre Opel et Tesla, affaire à suivre …